Si ce message ne s'affiche pas correctement, consultez la version en ligne.
Bonjour,

Ça y est : l’autorité européenne de sécurité des aliments, l’EFSA, vient de rendre publique son évaluation très attendue du glyphosate, pesticide controversé plus connu en France sous l’étiquette Roundup et dont l’autorisation expire bientôt. Sur la base de ce rapport, c’est désormais à la Commission européenne de trancher. Le glyphosate pourra-t-il encore être utilisé pendant les 10 années à venir ?

Consternation : le rapport de l’EFSA minimise les risques, concluant qu’il est « improbable que le glyphosate présente un danger cancérogène pour l'homme » ! Par « improbable » faut-il comprendre « peut-être bien que oui », « peut-être bien que non » ?

Un pas en avant… deux pas en arrière ?

Les 115.000 consommateurs qui ont signé la pétition foodwatch en Allemagne, aux Pays-Bas et en France en collaboration avec la Ligue contre le cancer demandaient instamment à l’autorité européenne de prendre en considération l’étude du CIRC, le Centre international de recherche sur le cancer. Cette agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) classait en mars dernier le glyphosate dans la catégorie des « cancérogènes probables ». Votre mobilisation a porté ses fruits. Dans un courrier adressé à foodwatch, le président de l’EFSA Bernhard Url s’est engagé à tenir compte du risque cancérogène mis en lumière par l’OMS.

Pourtant, force est de constater que le rapport de l’EFSA qui doit permettre à la Commission européenne de trancher pour ou contre le renouvellement de l’autorisation du glyphosate semble faire la part belle aux revendications des industriels.
La Commission européenne sous pression

Les avis des scientifiques divergent, il appartient désormais aux politiques de trancher. La Commission européenne a remis à mi-2016 sa décision qui engagera alors l’Union pour dix ans. foodwatch et la Ligue contre le cancer pressent la Commission d’appliquer strictement le principe de précaution en vigueur dans l’UE. En clair, tant que des doutes subsistent sur l’innocuité d’une substance, la priorité doit aller à la protection de la santé. Or dans le cas du glyphosate, « probablement cancérogène » selon l’OMS, les soupçons pèsent lourd et rendent inacceptable l’utilisation de ce pesticide. Nous ne voulons pas d’un renouvellement pour dix ans supplémentaires ; l’autorisation de commercialisation du glyphosate doit être purement et simplement retirée.
foodwatch a décidé de ne pas s’arrêter là. Nous nous sommes unis à une quarantaine d’organisations européennes de la société civile (Amis de la Terre, Générations Futures, Greenpeace, Réseau Environnement Santé, la Ligue contre le cancer…) pour faire pression sur la Commission.

Le glyphosate est l’herbicide le plus largement utilisé dans le monde. Agriculteurs et particuliers français en utilisent chaque année plus de 10.000 tonnes… qui finissent dans nos assiettes, dans notre eau et l’air que nous respirons et nous exposent ainsi à un potentiel risque cancérogène.
Parce que les conclusions alarmantes de l’OMS sur la dangerosité du glyphosate restent d’actualité, vous pouvez compter sur foodwatch et la Ligue contre le cancer pour alimenter le débat.

P.S.: foodwatch se bat, avec et pour vous, pour le droit des consommateurs à la transparence et à l’accès à une alimentation de qualité. Pour mener ces campagnes, nous refusons toute subvention publique ou don de l’industrie. C’est le soutien de nos donateurs, et lui seul, qui garantit notre totale indépendance. Vous pouvez dès aujourd’hui soutenir les campagnes de foodwatch par un don, même modeste. Merci !
Si vous ne désirez plus recevoir de message de foodwatch, cliquez ici

Invitez vos amis à suivre foodwatch : recommandez notre newsletter

foodwatch France, 3 rue de I'Arrivée 75749 Paris 15 France | E-mail: info@foodwatch.fr