Si ce message ne s'affiche pas correctement, consultez la version en ligne.
MAGGI et liebig SE MOQUEnt DE NOUS, REAGISSONS !

Maggi désinforme les consommateurs en toute impunité. Rien ni personne ne contraint les fabricants tenir les promesses faites sur l'emballage. Il faut que cela cesse.

Signez et partagez la pétition !
Bonjour,

On a d’abord cru à une bonne nouvelle : Maggi et Liebig ont modifié l’étiquetage de leurs soupes. Ces deux fabricants aux pratiques abusives, foodwatch les tenait à l’œil depuis quelques mois déjà. Nous avons même lancé une pétition adressée à Nestlé, fabricant des soupes Maggi pour qu’elle tienne les promesses faites sur l’emballage de sa soupe Bœuf-carottes… sans bœuf. Il fallait oser se moquer ainsi des consommateurs ! Des milliers d’entre vous ont signé cette pétition, envoyant ainsi un signal fort à l’industrie : nous ne sommes plus dupes des ruses des industriels. On constate aujourd’hui que Maggi a ressenti le besoin d’adapter son emballage. Mais en guise de changement, les fabricants se contentent de nous servir de la poudre aux yeux. Même constat du côté de Liebig (lire ci-dessous) : les partisans d’un étiquetage honnête n’ont toujours pas grand-chose à se mettre sous la dent. Maggi et Liebig continuent de se moquer allègrement de nous.



Maggi : cachez ce boeuf encore et encore...

Sur l’emballage de sa soupe « Bœuf-carottes » autoproclamée « à l’ancienne », Maggi présentait un généreux morceau de viande et de belles carottes. Mais surprise ! En réalité, la fameuse soupe ne contenait pas de morceau de bœuf mais 1,1% de… jus de cuisson de bœuf et à peine 5,5% de carottes. Plus de sel que de légumes, plus de glutamate que de jus de cuisson de viande : drôle de conception d’une « Saveur à l’ancienne ».

Le nouveau paquet montre désormais un plus petit morceau de bœuf et davantage de carottes, alors qu’il contient toujours la même quantité ridicule de jus de cuisson et de carottes. Si vous cherchez le bœuf, vous allez être déçus. Le morceau de viande promis dans le nom du produit et sur le visuel brille toujours par son absence ! Verdict : Maggi a, certes, changé l’image mais les ruses du fabricant demeurent. De l’aveu même de Nestlé, ces « améliorations » ont « nécessité près d’un an et demi de recherche et développement ». Rien que ça ! Nestlé continue de désinformer les consommateurs en toute impunité.
Contre les ruses légales de Maggi, signez et partagez la pétition !

Liebig : finalement pas si Méditerranéenne que ça ?



Quant à la « Soupe de poissons à la Méditerranéenne » de Liebig, foodwatch avait interpellé son fabricant, en lui demandant d’où provenaient précisément les poissons utilisés dans ce produit. De Méditerranée, comme le laissait penser l’emballage ? La liste d’ingrédients, qui mentionnait simplement « poissons » restait très vague. Nous avions également interrogé Campbell, alors propriétaire de Liebig, sur l’origine des légumes puisque l’avant du paquet affichait fièrement « Cuisiné en France ». Toutes les questions posées par foodwatch n’avaient reçu qu’une réponse lapidaire : « Nous ne donnons pas ce type d’informations confidentielles. » Une excuse bien commode qui permet aux fabricants de se cacher derrière le secret industriel, et leur évite de dire toute la vérité sur nos aliments.

Mais, bizarrement, la « Soupe de poissons à la Méditerranéenne » s’appelle désormais « Soupe de poissons aux aromates ». Les mentions « Cuisiné en France » et « Sans colorant ni conservateurs » ont disparu. Pourquoi ? Que contient réellement cette soupe ? Le consommateur n’en saura rien. La holding Continental Foods désormais propriétaire de Liebig n’a pas répondu à nos nouvelles interrogations sur ce changement d’étiquetage. Ce grand nom de l’agroalimentaire, maître dans l’art de la communication, ne semble pas à même de fournir les informations toutes simples que nous sommes en droit d’obtenir sur la composition de ses soupes. Des pratiques inacceptables contre lesquelles foodwatch s'insurge. Car nous avons le droit de savoir.

Il nous faut donc des lois plus contraignantes pour empêcher les fabricants d’entretenir la confusion chez le consommateur avec des images ou dénominations malhonnêtes.
Avec foodwatch, exigeons que ces ruses légales cessent. Merci de signer et de diffuser la pétition !


P.S.: la désinformation et les ruses légales de l'industrie alimentaire nous concernent tous ! Aidez-nous en recommandant cette newsletter à vos proches, vos amis, votre famille.

www.foodwatch.fr

Si vous ne désirez plus recevoir de message de foodwatch, cliquez ici

Invitez à vos amis à suivre foodwatch : recommandez notre newsletter

foodwatch France, 3 rue de I'Arrivée 75749 Paris 15 France | E-mail: info@foodwatch.fr